Mes mauvaises pensées

22 05 2007

 Mes mauvaises pensées

Par Nina Bourraoui. Prix Renaudot 2006. Première tentative : je me suis endormie au bout de 30 pages. seconde tentative, j’ai arrêté 20 pages plus tard. Pourtant l’incipit est très bien, on a envie que ça continue et puis on finit par découvrir que ça n’ira pas plus loin que la branlette autofictionnelle.

La narratrice est sur le divan d’un psy et s’ensuit une diarrhée verbale sur 285 p, en bloc monolithique sans le moindre paragraphe. Lorsqu’on ouvre le livre au hasard et qu’on se laisse porter par une phrase ou deux, ça peut faire illusion  :

« Je viens vous voir parce que j’ai de mauvaises pensées. Mon âme se dévore, je suis assiégée. Je porte quelqu’un à l’intérieur de ma tête, quelqu’un qui n’est plus moi ou qui serait un moi que j’aurais longtemps tenu, longtemps étouffé. »

Et puis en fait non, ça retombe comme un soufflé. Le style de l’auteur est habile, léché, mais l’enfance à Alger, les évocations saphiques et les transferts érotiques sur le psy, c’est vraiment trop chiant. No way !


Actions

Informations



Une réponse à “Mes mauvaises pensées”

  1. 23 03 2008
    Aurelia (02:36:59) :

    Très drôle. Moi j’aurais aimé de vraies évocations saphiques, tu es injuste elle en tartine et pas dans l’ordre sur son enfance mais quasi nada sur ses histoires de fesses. Très désappointant. Le tout ave dans un style qu’on peut en effet qualifier de chiant même s’il est pas dénué d’intérêt. Mais Nina manque d’un truc. Une histoire peut-être ?

Laisser un commentaire




Ultrarésistance |
Tu l'as dit, Souris! |
Pensées Libres... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | BILAOGY
| LA GRANDE GUERRE 1914-1918
| Le Cercle de Lumière