• Accueil
  • > Moi
  • > L’art de voyager avec un Néerlandais

L’art de voyager avec un Néerlandais

5 08 2007

Qu’il fait bon de retrouver un accès permanent à Internet ! C’est à croire que le monde est contenu tout entier dans un câble ethernet. Il faudrait plusieurs heures pour détailler les jours qui viennent de passer mais je n’ai que quelques minutes alors allons droit au but. Je me rappelle avoir écrit la dernière fois que je n’avais presque pas rencontré de galères à l’auberge. Je réactualise le message : je me suis fait voler ma montre, je n’ai pas pu dormir à cause des ronflements et des flatulences de mes compagnons de chambrée (sans parler des bruits divers liés aux allées et venues des pensionnaires), l’accès de la salle d’eau fut même bloqué un certain temps par une flaque de vomi qui trônait au milieu des latrines et qui a répandu son odeur fétide dans toutes les molécules d’oxygène de la pièce. Laquelle

pièce possédait en plus des douches communes, ce qui m’a permis de préparer ma visite de la plage naturiste (à venir) et d’admirer les us et coutumes en matière d’entretien de toison pubienne (les espagnoles ignorent allégrement le ticket de métro). Bref, je savais déjà que l’auberge de jeunesse est un plan de secours, si on n’a nulle part ailleurs où dormir pas cher, et ça a été confirmé.

Le lendemain, c’est pleine d’animosité envers mes voisins que je me réveillai. M’attendant à des bonshommes rustres et puants, je fus quelque peu surprise qu’ils me saluent et s’excusent pour la gêne occasionnée par leur prise de possession sonore des lieux, la nuit précédente. Par un mystérieux mécanisme de physique molléculaire (atomes crochus et compagnie), une demi-heure plus tard, j’étais attablée avec eux en train de prendre le petit déjeuner. Les trois comparses venant des Pays-Bas et ne pratiquant guère l’allemand à l’oral, je me suis encore retrouvée à parler anglais toute la journée.

la bande des 4 vue de la Fernsehturn miam le muffin

Par un accord tacite, nous sommes restés groupés. La première étape fut la Fernsehturm – tour de TV (entrée à 8,50 €). Après une heure de queue, nous avons pris l’ascenseur supersonique qui nous a propulsés à 200 m d’altitude, où s’offrait à nous une vue incomparable (et indescriptible) de Berlin. Nous avons pris une collation dans le très chic restaurant (les tables sont placés sur une bande roulante, de sorte qu’on fait le tour de la sphère tout en sirotant son Milchkoffee). A ce propos, ne prenez pas le Apfeltörte, à moins d’aimer le goût de la pomme façon Canard WC.

Autre étape touristique : la Siegelsäule, la tour de la Victoire, en plein coeur de Tiergarten et de son magnifique parc. Il vous en coûtera 1,5 € , si vous êtes étudiant, pour gravir les centaines de marches jusqu’au sommet. Tout cela fatigue son homme alors il a fallu trouver un endroit pour se restaurer : nos ventres criaient famine et nous étions tous au bord de l’hypoglycémie. Hélas, Tiergarten est trèèès étendu et ce n’est que deux heures plus tard que nous nous assîmes enfin à une pizzeria.

vive le Cheaps  Fais moi un bisouu  Berlin se réveille

Je passe sur les autres promenades à travers la ville. Je ne sais pas si tous les Néerlandais aiment autant la bière, mais les trois représentants nationaux que j’ai côtoyés n’avaient qu’une idée fixe, le soir venu : trouver une échoppe où l’on peut boire à foison à moindre coût. Nous avons donc rendu une visite de courtoisie au « Cheaps » (Wühlischstrasse 20-21), un bar qui porte bien son nom puisque les coctails y sont à servis pour 3 € et les shots à 1 €. Je recommande le Lady’s Dream ! Quelques heures plus tard, c’est avec un bon vent dans les voiles que nous avons couru jusqu’à l’U-Bahn qui devait nous emmener au Soda. Le Soda est une boite de nuit située à la Kulturbrauerei (Knackstrasse 97), une ancienne brasserie qui abrite aujourd’hui divers restaurants, pubs, musée, discothèque. Pour 8 €, j’ai pu danser sur la BO de Dirty Dancing et de Grease dans une des salles de l’étage supérieur ! Yeah ! Pour finir la soirée, il y a ceux qui ont voulu continuer à boire et ceux qui ont été motivés pour marcher dans les rues désertes de Berlin, en attendant le lever du soleil (devinez dans quel camp je me situai).

à la vôtre  concert  bouche bée

C’est peu de dire que je n’ai pas beaucoup dormi. Couchée à 7h30, il me fallait dégager de l’auberge à 10h . Le pire, c’est que je n’étais même pas fatiguée, ni au réveil, ni toute la journée du lendemain (je jure que je n’ai rien pris). Cependant, la journée fut plus paisible question visites : j’ai flâné le long de l’avenue Unter den Linden et au KaDeWe, le plus grand centre commercial de toute l’Europe, qui fait passer le Harrod’s de Londres pour la supérette du coin, surtout au 6ème étage, rayon « Gourmet ». Miam ! Le soir, nous sommes allés à l’Irish Pub (toutes les grandes villes en ont un, c’est une constante). Celui-ci n’était pas archicomble, comme c’est souvent le cas, malgré le concert de musique irlandaise et une déco très inspirée. Je n’ai pas eu le courage d’enchaîner sur une deuxième nuit blanche en allant à un concert avec Simone, ma collocatrice (chez qui j’ai emménagé entre temps). Et les Hollandais sont repartis chez eux (c’est à 5-6h de route, alors peut-être qu’ils repasseront par ici). Me revoilà seule, on my own.


Actions

Informations



3 réponses à “L’art de voyager avec un Néerlandais”

  1. 6 08 2007
    Marion (13:53:18) :

    Ben dis donc! Tu démarres fort^^

    J’ai hâte de te rejoindre ma belle!

  2. 9 08 2007
    Jan-Willem (19:47:51) :

    Hi there!

    Okay we know you can speak English, so please translate this.

    We had a great time!

    Cheers,

    Jan-Willem

  3. 9 08 2007
    kasia (20:51:42) :

    Dear JW, what you need to know is that the entire planet now knows that you are snoring … ;-P
    See You Soon (in Dresden ?)

Laisser un commentaire




Ultrarésistance |
Tu l'as dit, Souris! |
Pensées Libres... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BILAOGY
| LA GRANDE GUERRE 1914-1918
| Le Cercle de Lumière