Seule à Berlin ?

7 08 2007

bons baisers de berlin

C’est le propre des décisions spontanées d’être parfois irréfléchies voire irrationnelles. Non pas que ma venue à Berlin soit une erreur, loin de là, mais avec le départ de mes amis hollandais, je commence à réaliser ce que ça veut dire, être seule pendant quatre semaines, sans occupation particulière.

Lundi, j’étais toute motivée pour trouver un mini-job, moins par besoin financier, quoique, ça ne fait pas de mal, que pour m’occuper l’esprit, pratiquer la langue, rencontrer des gens. Hélas, toutes les agences que j’ai visitées étaient soit fermées, soit ne se trouvaient pas à l’adresse indiquée. Ma collocatrice, Simone, m’a dit que je pourrais facilement trouver un job dans un hôtel, un restau, un bar, ou encore faire du baby-sitting. C’est là que ça a fait tilt : « eh ho, t’es en vacances ! y a quelqu’un ?? you hou ! tu ne vas quand même pas bosser pendant tes seules vacances de l’année ?? ». C’est vrai après tout, je ne suis pas désespérée à ce point, je peux encore passer quelques jours toute seule.

puces de mauerpark

Mais être seul(e), à Berlin, ça n’a pas vraiment de sens. Déjà, on n’a pas le temps de s’ennuyer, il y a tant de choses à voir et à faire ! Il suffit de sortir, se poser dans un café ou un Biergarten et de sourire, tout simplement, pour rencontrer quelqu’un, ou du moins échanger quelques regards bienveillants. Et puis je ne suis pas vraiment seule. Je vis en collocation avec une nana très sympa qui me présente ses amis, les miens, d’amis, vont venir me rendre visite très prochainement. Chacun de mes proches est accessible grâce au téléphone, sans parler d’Internet. C’était autre chose il y a quelques décennies, où lorsqu’on partait en voyage, il n’y avait que les cartes postales et les lettres, qui mettaient deux semaines à arriver, pour communiquer. On peut toujours se forcer pour aller vers les gens, essayer de faire leur connaissance, discuter un peu, mais les chances sont minces pour dépasser le stade superficiel de la sociabilité. Les meilleures rencontres sont spontanées et imprévues, fruit du hasard et de quiproquos, ce sont les plus drôles, les plus attachantes, les plus profondes. Seul hic : elles ne se programment pas.

Enfin voilà, tout ça pour dire qu’on peut être solitaire sans ressentir de manque particulier, et réciproquement, on peut être entouré sans véritablement nouer de liens et se sentir très seul. Pour le moment, je gère, ça va. I enjoy myself, ha ha.

charlottenschloss

J’ai visité le quartier de Charlottenburg aujourd’hui, avec les maisons huppées de la Schlossstrasse, la Ku’damm, le château, ou plutôt le jardin magnifique à accès gratuit, lui, contrairement aux jardins de Versailles (un post spécial comparatif vie à Paris / vie à Berlin est en préparation). En fait, j’ai suivi la promenage du guide Lonely Planet et grand bien m’en a pris, j’ai ainsi découvert la Fasanenstrasse avec ses magnigiques maisons, rénovées à souhait, à croquer, comme dans Hansel et Gretel . En passant dans les petites rues, j’ai également repéré des restos pas chers où manger en amoureux ou juste entre copines, à base de 5 € la méga pizza (ça + le méga coctail à 3 € …).

liebe_punk

Après 5 heures de marche, je me sentais comme la Petite Sirène du Conte d’Andersen (« Deux pieds tu auras, mais le martyre tu souffriras, à chaque fois que tu marcheras »). Ca ne m’a pas empêchée de repartir, en tongs cette fois, vers Prentzlauer Berg. Je suis repassée rapidement devant la Kulturbrauerei où je me suis fait agresser par des punks qui ont cru que je les prenais en photo (je prenais en photo la statue LIEBE juste devant eux). Rassurez-vous, l’agression en fut que verbale … Ca me fait penser qu’il y a moins de sans-abri ici qu’à Paris, mais beaucoup plus de punks (on y viendra ultérieurement). J’ai atterri à la Kastanienallee, le nouvel axe branché du quartier qui relie Prenzlauer Berg à Mitte (centre-ville), ou plutôt au Prater, le plus célèbre Biergarten de Berlin (selon Lonely Planet …). Il y a souvent des concerts là-bas, et une population très variée (djeun’s, kékés, papys, yuppies, familles …). Me revoilà à Vinetastrasse. Mes pieds ne m’autorisent aucune sortie nocturne, d’ailleurs, demain, je crois que je vais Fahrraden – faire du vélo.

 


Actions

Informations



2 réponses à “Seule à Berlin ?”

  1. 15 12 2007
    audrey (20:27:33) :

    salut l’année prochaine jcompte partir à berlin. J’ai pas du tout envie de partir au pair… tu crois ktu pourrai me filer des adresses pr trouver un taf sur place? merci d’avance ciao

  2. 15 12 2007
    Kasia (20:39:53) :

    Audrey, tout dépend de ce que tu cherches. Si c’est juste un job comme ça, tu n’auras pas de mal à trouver une place dans un bar ou dans un resto, ils cherchent toujours du monde. Quand j’y étais, il y avait plein d’annonces. Bon courage !

Laisser un commentaire




Ultrarésistance |
Tu l'as dit, Souris! |
Pensées Libres... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BILAOGY
| LA GRANDE GUERRE 1914-1918
| Le Cercle de Lumière