Anecdote coquine sur Machiavel

28 10 2008

Je suis en train de lire une Histoire du libertinage, des goliards au marquis de Sade, de Didier Foucault (Ed. Perrin, 2008) et je ne peux m’empêcher de partager avec vous un texte truculent que rapporte l’auteur, tiré de P. Larivaille (1975). L’action se situe dans l’Italie du XVème siècle et présente un homme qui rencontre une prostituée dans les couloirs (mal éclairés) d’un palais de Vérone . Cet homme, qui n’est autre que Machiavel, aurait certainement mieux fait de laisser la lumière éteinte … Post coïtum, anima … curiosa !

« Une fois resté seul dans le noir avec cette créature – car la vieille [maquerelle] était sortie aussitôt, fermant la porte derrière elle -, je tirai mon coup. Je lui trouvais bien les cuisses flasques, la motte humide et l’haleine un tantinet fétide, mais j’avais une envie si désespérée de la chose que cela alla quand même. Lorsque l’affaire fut terminée, l’envie me prit tout de même de voir la marchandise. Je pris un tison dans le feu et allumai un lumignon qu ise trouvait sur la cheminée. Mais à peine l’eus-je allumé qu’il faillit m’en tomber des mains. Grand Dieu ! Je faillis tomber raide mort, tant cette femme était horrible.

[...] Je restai là tout pétrifié à contempler cette créature monstrueuse; et elle, d’un air hagard, voulut me dire : « Qu’avez-vous, Messire? » Mais elle ne le dit pas car elle était bègue. Et à peine ouvrit-elle la bouche, qu’il en partit une haleine si fétide, mes yeux et mon nez, les deux accès à mes sens les plus impressionnables, furent à ce point heurtés par l’horrible chose qu’une sensation de dégoût me descendit tout droit sur l’estomac. Et ce dernier, ne pouvant supporter un tel choc, en fut retourné et réagit de sorte que je vomis sur elle. Puis, considérant que je l’avais ainsi payée avec la monnaie qui lui convenait, je partis. »


Actions

Informations



2 réponses à “Anecdote coquine sur Machiavel”

  1. 9 11 2008
    Cyril (16:18:31) :

    Je me souvenais de cette anecdote pour l’avoir lu dans un livre de correspondances, mais je ne la retrouvais plus dans les oeuvres de Machiavel: ce serait donc parce qu’il ne l’a jamais écrite ?

    En amont de ces deux paragraphes, il y a une expression que j’adore : « et moi, rose et naïf comme une bite de 15 ans, (…) »

  2. 8 03 2011
    Sauna nice (14:46:47) :

    Coucou à tous !
    Bravo pour le blog et vos publications.
    C’est un grand plaisir de venir vous lire très souvent.
    Continuez comme cela :-)

Laisser un commentaire




Ultrarésistance |
Tu l'as dit, Souris! |
Pensées Libres... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BILAOGY
| LA GRANDE GUERRE 1914-1918
| Le Cercle de Lumière