Petites Busheries

4 11 2008

Bush, après son altercation avec le Bretzel

A quelques heures du résultat des élections américaines, jegage que les seuls qui regretteront W. seront les amateurs de ses petites formules cinglantes, dont il a le secret …
De plus en plus, nos importations viennent de l’étranger
(NPR’s morning edition 25.9.2000)

J’ai une politique étrangère axée sur l’étranger
(Redwood, 27.9.2000)

Les gens s’attendent à ce que nous échouions. Notre mission est de dépasser leurs attentes.
(note à l’attention de son administration après son élection)

Je pense que tous ceux qui ne pensent pas que je sois assez malin pour la tàche
présidentielle sont en deçà de la réalité.
(US News & world report. 3.4.2000)


Notre nation doit s’unifier pour se réunir
(Tampa, 4.6.2001)

Il y a une grande confiance autour de moi. Je le sens chaque jour quand les gens que je rencontre me disent : « ne nous laissez pas tomber une fois de plus ! »
(Boston 3 octobre 2000)

Je veillerai à respecter le pouvoir exécutif, non seulement pour moi-même, mais aussi pour mes prédécèsseurs.
(Washington, 29 janvier 2001)

Ce serait une erreur pour les sÉnateurs des Etats-Unis de laisser n’importe quel type de clone humain que ce soit sortir de leur chambre.
(Washington, 10 avril 2002)

Si les Timorais Orientaux décident de se révolter, il y une chose qui es sûre, c’est que je ferai une déclaration
(New York Times, 16 juin 1999)

Pour chaque fusillade mortellle, il y a à peu près trois fusillades non mortelles. Et ça c’est inacceptable aux Etats-Unis. C’est simplement inacceptable. Nous ferons tout pour y remédier.
(Hispanic Scholarship Fund Institute Washington 22 mai 2001)

La chose la plus importante n’est pas d’être gouverneur ou première Dame dans mon cas
(San Antonio Express News, 30 janvier 2000)

Je pense que quand vous dites que vous allez faire quelque chose et que vous ne le faites pas, c’est de la loyauté.
(au cours d’un chat sur le site Internet)

Je suis un unificateur, pas un diviseur. Cela signifie que quand il s’agit de recouvre votre cage thoracique, on utilise des points de suture plutôt que de vous ouvrir
(David Letterman show, 2 mars 2000)

Je pense que le peuple américain j’espère que les Américains… attendez, je ne pense pas… j’espère que le peuple américain me fait confiance.
(Washington 18 dÉcembre 2002)

La raison pour laquelle je crois en une baisse des impôts, c’est avant tout parce que j’y crois
(Washington 18 dÉcembre 2000)

La chose qui est importante pour moi, c’est de toujours me souvenir quelle est la chose la plus importante
(Saint Louis, 20 fÉvrier 2001))

A propos de Linda Chavez :
J’ai entièrement confiance en elle. Elle fera une parfaite secrétaire d’Etat au Travail. D’après ce que j’ai lu dans les revues de presse, elle est parfaitement compétente.
(Austin, 8 janvier 2001)

L’un dans l’autre, ce fut une année fabuleuse pour Laura et moi.
(Maison Blanche, 21 décembre 2001)

Il est très important pour tous de réaliser que plus le négoce augmente, plus il y a de commerce
(Québec, 21 avril 2001)

La troisième des priorité est de donner la première des priorités à l’enseignement.
(Site officiel de George W. Bush)

En tant que dirigeant, ils m’ont sous-calculé
(Westminster, 13 septembre 2000)

Ils m’ont mal sous-estimé
(Bentonville 6 novembre 2000)

Je suis très honoré de m’exprimer ainsi devant vous ce soir. Et la grandeur de l’Amérique fait que personne n’est obligé d’écouter, sauf s’il en a envie
(Ellis Island, 10 juillet 2001)

Si vous êtes plus que déçus et écoeurés par la politique du cynisme, la politique électorale et la politique des principes, venez donc rejoindre ma campagne.
(Washington Post 17 février 2000)

Au président brésilien Fernando Henrique Cardoso :
Vous avez des Noirs, vous aussi ?
(Washington 8 novembre 2001)

J’ai été élevé dans l’Ouest. L’ouest du Texas. C’est proche de la Californie, encore plus proche que ne l’est Washington de la Californie.
(Los Angeles Times, 8 avril 2000)

Les troubles au Moyen Orient engendrent des troubles dans toute cette région.
(Washington, 13 mars 2002)

Je ne sais pas si je vais gagner ou non. Je pense que oui. Je sais que je suis prêt pour cette charge (de Président). Et si je ne le suis pas, eh bien tant pis.
(Des Moines, 21 août 2000)

Si nous devons agir, ce ne sera pas pour envoyer un missile à deux millions de $ dans une tente vide à 10$ pour blesser un chameau au postérieur. Ce sera plus décisif que ça.
(19 septembre 2001)

A propos de la Kipp Academy de Houston :
C’est une école dans laquelle il y a beaucoup d’enfants réputés « à risque ». C’est ainsi malheureusement, que nous nommons certains enfants. Cela signifie tout simplement qu’ils ne peuvent pas apprendre… C’est l’une des meilleures écoles de Houston.
(Houston 11 mars 2001)

Laura et moi sommes fiers de pouvoir appeler John et Michelle Engler nos amis. Et je suis sûr que vous serez fiers de l’appeler gouverneur. Quel homme, ces Englers !
(17 novembre 2000)

Ecoutez, je comprends l’eau. J’ai grandi à Midland, dans le Texas. Alors, vous voyez. Vous vous rappelez combien d’eau nous n’avions pas là-bas.
(Ontario 5 janvier 2002)

Et donc, dans mon Etat de mon Etat de l’Union ou de l’Etat-ou plutôt- mon discours à la nation, quelle que soit la façon dont vous appelez ça, mon discours à la nation j’ai demandé aux Américains de donner 4000 ans ou 4000 heures dans leurs prochaines du reste de leur vie-, au service de l’Amérique. C’est ce que j’ai demandé 4000 heures.
(Bridgeport, 9 avril 2002)

George W. Bush à Tony Blair :
The problem with the French is that they don’t have a word for « entrepreneur »
(Rapporté par Jack Malvern, Times, 10 juillet 2002)

Et il ne fait pas de doute dans mon esprit, pas le moindre doute dans mon esprit que nous allons échouer. L’échec ne fait pas partie de notre vocabulaire. Notre grande nation va guider le monde, et nous réussirons
(Washington 4 octobre 2001)

Il va peut-Ítre y avoir des temps difficiles en AmÉrique. Mais ce pays a déjà connu des temps difficiles par le passé et nous sommes prêts à les renouveler
(Waco 13 août 2002)

Je suis ici pour vous annoncer que, ce jeudi, les guichets et les avions de l’aéroport Ronald Reagan pourront décoller.
(Aéroport Ronald-Reagan, Washington 3 octobre 2001)

Je vous promets que je vais écouter tout ce qui s’est dit ici, et cela même si je n’étais pas là
(Forum économique de Waco, 13 août 2002)

La situation critique de la Californie est la conséquence d’équipements électriques insuffisamment puissants, et donc du pouvoir insuffisant de rendre plus puissante la puissance des équipements électriques
(14 janvier 2001)

A propos de Saddam Hussein :
J’Étais fier, l’autre jour, quand les Républicains et les Démocrates se sont rangés derrière moi pour soutenir cette résolution : ou bien il désarme ou bien c’est nous !
(Manchester, 5 octobre 2002)

Surprise des téléspectateurs qui, lors d’un gala présidentiel retransmis sur ABC le 6 mars 2002, ont vu le président Bush faire des grands saluts de la main à Stevie Wonder lorsque le légendaire chanteur aveugle est arrivé sur scène…


Actions

Informations



2 réponses à “Petites Busheries”

  1. 4 11 2008
    Memorandhomme (16:49:36) :

    Cela me fait penser à cette BD de Mafalda où elle vient protéger un de ses camarades de l’approche de l’institutrice, en disant « C’est un crime d’endommager un bloc d’ignorance si pur »…

  2. 5 11 2008
    Christophe (17:12:19) :

    Mission totalement accomplie en ce qui concerne le dépassement des attentes !

Laisser un commentaire




Ultrarésistance |
Tu l'as dit, Souris! |
Pensées Libres... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BILAOGY
| LA GRANDE GUERRE 1914-1918
| Le Cercle de Lumière