C’est la faute aux hormones

31 03 2009

ocytocine.jpg

Il y a des histoires qui commencent par un coup de foudre … Et d’autres qui ne doivent leur existence qu’au hasard d’une nuit de sexe plus ou moins accidentelle. D’ailleurs, la transition plan cul / couple plan-plan est plus fréquente qu’on ne le croit : à mon avis, c’est pour ça que Ted n’a toujours pas réussi, au bout de 4 saisons, à avouer à ses enfants comment il a rencontré leur mère ! C’est vrai que ce n’est pas très romantique, a priori (mais pourquoi pas…), de dire à ses collègues « Sylvie et moi ? On s’est rencontrés à l’été 2007, dans les toilettes du Makumba » ou d’avouer à ses parents « Euh … Roger ? Je l’ai connu sur Adult Friend Finder, j’ai tout de suite été intriguée par son pseudo : PussyEater69« . En fait, je suis secrètement convaincue que la majorité des relations amoureuses sont le fruit d’une inavouable trivialité …

J’en viens à mon sujet : pourquoi finit-on toujours par s’attacher aux gens avec qui on commence par entretenir des rapports très « casual », voire purement sexuels ? Formulé autrement, ça donne : comment se fait-il que « mon coup d’un soir » et moi fêtions nos trois ans ce weekend ?* Tout ça, c’est la faute aux hormones ! Après l’hormone du stress (le cortisol), l’hormone du bien-être (la sérotonine) et l’hormone du bonheur(la dopamine), voici qu’on découvre l’hormone responsable de l’attachement : l’ocytocine.Ce n’est pas moi qui le dis, mais la très sérieuse doctoresse Kerstin Uvnäs Mober (qui ne prendrait pas au sérieux en voyant la jacquette de son livre ?). A chaque fois qu’on fait l’amour, notre corps libère une dose d’ocytocine, qui agit comme un filtre aphrodisiaque. Et soudain, on voit la personne à côté de nous avec les yeux de l’amour, on a envie de se lover dans ses bras, de lui faire confiance, d’ouvrir un Compte Epargne Logement avec elle/lui et de faire tous pleins de bébés. C’est le processus inéluctable (l’attachement, pas le Compte Epargne Logement, ni le reste) de l’amourisation protocouplaire**. Il y a quand même une bonne nouvelle là-dedans : il faut avoir un orgasme pour libérer de l’ocytocine. Comme quoi, on ne s’attache qu’aux bons coups. C’est déjà ça !
* (je dis moi pour personnaliser le message, hein, il ne faut pas y voir d’allusion autobiographique)

** (cf. Le Petit Gérard, adj. Qui précède la mise en couple)


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Ultrarésistance |
Tu l'as dit, Souris! |
Pensées Libres... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BILAOGY
| LA GRANDE GUERRE 1914-1918
| Le Cercle de Lumière