Déménagement !

6042009

Pour fêter ses deux ans d’existence, le blog de Kasia change d’adresse.

Rendez-vous sur les http://lesprocrastinateurs.wordpress.com




Gran Torino

3042009

grantorino1.jpg

 » Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère. Sous chaque mot chacun de nous met son sens ou du moins son image. qui est souvent un contresens. Mais dans les beaux livres, tous les contresens qu’on fait sont beaux.« 

Dans Contre Sainte-Beuve, Proust soutient que la force d’une oeuvre n’est pas dans l’intention de l’auteur (qu’on pourrait réduire de manière simpliste à la volonté de communiquer un message), mais dans la manière dont le lecteur ou le spectateur se l’approprie, au moyen de quelques interprétations qui sont parfois des projections fantasmées. Prenons l’exemple du dernier Clint Eastwood, Gran Torino. Je suis allée le voir avec un ami et nous en sommes sortis tous les deux fort gênés, presque mal à l’aise, tant nous y avons trouvé de choses en écho avec notre propre histoire. Je pense à mon père, lui pense au sien, mais pour des raisons différentes, nous n’arrivons pas à nous accorder sur le personnage. On s’est tous deux pris une claque, pour des raisons strictement différentes.

Puisqu’il faut sacrifier à la règle de toute chronique ciné, voici un résumé express. C’est l’histoire d’un vieux con, misanthrope et raciste, qui devient le héros de son quartier le jour où il s’oppose à une bande de petits malfrats qui sèment la terreur. Naturellement, la vraie histoire, ce n’est absolument pas ça.

Lire la suite… »







Ultrarésistance |
Tu l'as dit, Souris! |
Pensées Libres... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BILAOGY
| LA GRANDE GUERRE 1914-1918
| Le Cercle de Lumière