Un pavé dans la mare

2042009

laoulestigressontchezeuxjeanmarieblasderoble081110054704.jpg

La critique incendiaire est un mythe. Mettons de côté les pugilats cathodiques d’un Eric Naulleau ou même persiflages acerbes d’un Yann Moix dans le Figaro. Que reste-t-il ? Les chroniques du Magazine littéraire ou du Monde des livres ?  Les avis de lecteurs sur chapitre.com ou amazon.fr, sinon dithyrambiques (« un chef d’oeuvre ! »), du moins indulgents (« à lire ») ? En vérité, la plupart des critiques littéraires n’en sont pas, ce sont juste des avis positifs, éventuellement argumentés (ce qui est rarement le cas des avis négatifs, ou haineux). J’aurais bien aimé, par exemple, trouver autre chose que des éloges admiratifs au sujet du roman Jean-Marie Blas de Roblès,  Là où les tigres sont chez eux. Ca m’aurait évité d’être aussi déçue en le lisant.

Rappelons brièvement l’histoire : il y a quatre trames superposées. Il y a celle d’Eleazard von Wogau (l’un des noms littéraires les plus moches que je connais), un correspondant journaliste qui vit au Brésil et annote un livre sur un savant du XVIIème qui s’est toujours trompé sur tout. Le récit de la vie de cet homme, Athanase Kircher, constitue la seconde trame du livre. Il y a le parcours de la fille d’Eléazard, Moéma, qui se cherche dans la drogue, les expériences sexuelles, et le chamanisme, ainsi que celle de son ex-femme, Elaine, perdue dans la jungle amazonienne en compagnie d’un ancien nazi-dealer de drogue. Ca fait quatre. A cela s’ajoutent encore la vie de Nelson, un estropié  des favelas, celle du gouverneur (malfaiteur) Moreiro, et de sa femme Carlotta, une desperate housewive do Brazil. Sansparler de Loredana, Soledade, Thais, etc.
Lire la suite… »




C’est la faute aux hormones

31032009

ocytocine.jpg

Il y a des histoires qui commencent par un coup de foudre … Et d’autres qui ne doivent leur existence qu’au hasard d’une nuit de sexe plus ou moins accidentelle. D’ailleurs, la transition plan cul / couple plan-plan est plus fréquente qu’on ne le croit : à mon avis, c’est pour ça que Ted n’a toujours pas réussi, au bout de 4 saisons, à avouer à ses enfants comment il a rencontré leur mère ! C’est vrai que ce n’est pas très romantique, a priori (mais pourquoi pas…), de dire à ses collègues « Sylvie et moi ? On s’est rencontrés à l’été 2007, dans les toilettes du Makumba » ou d’avouer à ses parents « Euh … Roger ? Je l’ai connu sur Adult Friend Finder, j’ai tout de suite été intriguée par son pseudo : PussyEater69« . En fait, je suis secrètement convaincue que la majorité des relations amoureuses sont le fruit d’une inavouable trivialité …

Lire la suite… »




Le monoxyde de l’ennui

30032009

ennuigargouil.jpg

Quand je me sens déprimée, c’est-à-dire un jour sur deux en ce moment (ce qui est plutôt une bonne moyenne), j’en viens toujours à envisager d’aller voir un psy, une fois pour toutes. Et puis l’instant suivant, je me remémore cette phrase de Blaise Pascal, qui a le don de remettre les choses en perspective : « Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre. » Eh oui, ami humain, comprends bien : tu es malheureux parce que tu détestes t’ennuyer. Tu peux arrêter le Lexomil et reprendre une activité normale. Ca fera 150 €.

Evidemment, ce n’est pas aussi simple que ça, mais tout de même. L’ennui est un ennemi insidieux, comme le monoxyde de carbone : inodore et incolore, on le croirait inoffensif alors qu’il est toxique². Pourtant, c’est l’ennui qui nous pousse dans des aventures foireuses (qui ne s’est jamais retrouvé à une soirée loose et glauque, en compagnie de gens paranormaux, juste parce que non, un samedi soir à la maison, c’est pas possible?). Dans le film Ken Park, de Larry Clark, c’est l’ennui fatal qui pousse les jeunes d’une petite ville américaine à se droguer et à coucher avec n’importe qui.

Lire la suite… »




Si j’étais patron …

27032009

1. Je n’obligerais pas mes employés à venir au bureau tous les jours à heures fixes : je leur permettrais de travailler de chez eux (ou d’ailleurs), quand leur présence n’est pas indispensable et j’exploiterais les possibilités offertes par Internet, les outils bureautiques et les ordinateurs portables.

2. Je serais la plus claire possible dans la formulation des missions et des objectifs, avec des échéances régulières, sans jamais oublier de dire « merci », « c’est bien ou d’expliquer pourquoi je ne suis pas satisfaite.

3. J’installerais une salle de détente dans les locaux, avec une bibliothèque, une cuisine, une table à manger, un canapé (et une machine à café gratuite).




XI. Ton job tu aimeras

27032009

ihatemyjob.gif

73 % des Français se déclarent heureux dans leur travailSelon Opinion Way, l’institut qui a réalisé le sondage, ils ne seraient que 5 % à vraiment détester leur job.  Ces chiffres m’étonnent car beaucoup de gens autour de moi se plaignent qu’ils s’ennuient et qu’ils sont malheureux dans leur boulot. Effet de génération ou pas, je constate que la plupart des jeunes de mon âge sont critiques, exigeants et impatients. Il apparaît qu’on ne supporte pas l’autorité ni les horaires fixes et le lieu unique, qu’on s’ennuie très vite et qu’on a besoin de donner « un sens » à ce qu’on fait.  Mon travail actuel (je suis en stage) n’est ni désagréable ou fatigant ou difficile, mais je ne me sens pas à ma place. Ma vraie vie est ailleurs et j’ai l’impression de perdre mon temps. Pourtant, j’aime travailler, j’ai fait de longues études, je ne suis pas paresseuse. En fait,je me suis fait arnaquer. Non pas parce que mon stage ne me donne pas pleine satisfaction, mais parce que j’en suis venue à considérer, comme nombre de mes congénères, qu’un job a l’obligation d’être agréable et épanouissant. Qui a bien pu me mettre toutes ces idées en tête ?

Lire la suite… »




Le polyamour, nouveau concept ou produit relooké ?

4122008

adultre1.jpg

Si vous ne pratiquez pas régulièrement rue89.com, vous ne connaissez peut-être pas encore le polyamour. Il s’agit d’un terme inventé en Belgique, qui désigne un paradigme amoureux particulier, où chaque individu est libre de vivre plusieurs histoires, qui se superposent sans se contredire.
Le polyamour est une nouveauté par rapport à l’adultère, basée sur la duplicité et le mensonge. Puisque personne ne s’appartient, personne ne se ment et personne ne se trompe. Finie, la culpabilité ! Le polyamour apporte aussi un bénéfice client au libertin, qui se restreint à la frivolité sexuelle. Désormais, Lire la suite… »




Trop gros pour avoir ton bac !

18062008

beth ditto

Ce matin, je manque de m’étrangler en lisant dans le Parisien (daté 18 juin 2008) un article intitulé « Garder la ligne pour gagner des points au bac ». Le dernier gourou de la diététique, le Dr. Dukan (oubliez Atkins, Montignac et Miami) a préconisé l’instauration d’une option « poids d’équilibre » au bac. Le concept? C’est comme l’option latin, sauf que pour avoir des points en plus, nul besoin de traduire du Cicéron trois fois par semaine : il suffit de rester mince (garder un IMC entre 18 et 25) !

Quel rapport entre l’indice de masse corporelle et les aptitudes scolaires, que le baccalauréat est censé valider ? La réponse du Dr. Ducon Dukan est plus scandaleuse encore : selon lui, il s’agit de faire prendre conscience aux ados du rapport entre « leur avenir professionnel et la maîtrise de leur poids, essentielle pour leur bien-être, leur épanouissement et leur santé ». Une façon policée de dire « Gros = Loser ». Comme si les gros n’étaient pas suffisamment stigmatisés ! Comme si notre société n’était pas assez obsédée par la minceur, les régimes et les normes sanitaires !

Lire la suite… »




Le zizi qui pue : la fin d’un tabou

4012008

nodoro.jpg

On n’arrête pas le progrès ! Quelques mois après avoir Vulva, l’incroyable fragance à base de sécrétions vaginales féminines, voici son pendant masculin : Nodoro. Le concept de Nodoro est inverse : au lieu d’exalter les senteurs génitales, il s’agit de les masquer ! En effet, comme le précise le Dr. Adams, le savant (fou?) qui a mis au point ce précieux onguent, le délicat odorat fémin fait du « smelly penis » un véritable tue l’amour et une source de complexes pour les hommes. D’ailleurs, depuis qu’il l’utilise, il a repris goût à la vie, il est sorti de sa dépression et a enfin une sexualité normale. Alors si tu n’es pas circoncis et que ton zizi a mauvaise haleine, sache qu’un remède existe et reprends espoir. On n’arrête pas le progrès.




Manifeste de la Tecktonik

9122007

TrendAlert ! Après le Mia et la Macarena, voici la Tecktonik ! Nés avant 1990, vous êtes des émigrés du fireball et du saut à pieds joints, vous ne saisirez peut-être pas l’ampleur esthétique de cette nouvelle façon de bouger le corps. Alors avant de vous taper la honte au Métropolis de Rungis, prenez donc un cours de Tecktonik(ou un acide …).

Image de prévisualisation YouTube

Perso, ça me fait plutôt penser à ça (Louis de Funès, ce visionnaire) :

Image de prévisualisation YouTube




La grève rend sociable

16112007

greves.jpg

Depuis quelques jours, la France me fait penser à la Roumanie de Ceausescu. Je sors de cours et je me demande avec angoisse si je vais pouvoir rentrer chez moi. L’espace temps se dilate : d’habitude, je suis à une demi-heure (de train) de Paris, là, je suis à deux douzaines d’heures (de marche à pied) de chez moi.

Lire la suite… »







Ultrarésistance |
Tu l'as dit, Souris! |
Pensées Libres... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BILAOGY
| LA GRANDE GUERRE 1914-1918
| Le Cercle de Lumière